• KAWAMURA Nathalie

terre- céramiste

 

Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

 

 


Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

o-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des

Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

Franco-japonaise, je suis partie au Japon à l'age de 20 ans pour découvrir mes racines, mes origines et la culture du Japon. Ce voyage de sept années et quelques mois ont été très enrichissantes et m'ont amenées là ou j'en suis aujourd'hui: une céramiste amoureuse de la nature! 

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

 

J'ai passé trois ans dans une école d'arts traditionnaux japonais: le washi(papier de fibre de mûrier à papier), sculpture sur bois de Bouddha, travail de la laque, la métallurgie et enfin la céramique où j'ai appris à tourner et l’étude des émaux de roches. 

C'est ensuite que j'ai rencontré Monsieur Masaaki Nishimura qui m'a séduite par son travail très porté sur la nature de ses matières: terre de la région qu'il pioche lui même, émaux de cendres de la région qu'il récupére chez les riziculteurs agriculteurs saliculteurs etc, et certaines roches qu'il concasse et broie, j'en suis devenue son disciple pendant trois ans. J'ai pioché la terre, l'ai préparé, j'ai brûlé des tonnes de pailles et balles de riz, puis j'ai tamisé leurs cendres, j'ai estampé, tourné, émaillé, cuit à 1250 degrés dans un énorme four à gaz. 

 

Aujourd'hui me voici à Tours pour de nouvelles aventures!

Mon travail: je tourne, modèle, coule, récupère des cendres pour émailler mes pieces.

retour

La porcelaine, terre de mémoire

Découvrez le travail de Florence Truchon. Tout en délicatesse et légereté, la terre est modelée, ciselée. Textures aux décors créés par impression de dentelle donnent vie à des objets gracieux et aériens. À découvrir d'urgence !


Contact

Du 30 mars au 29 sept 2019:

7 jours sur 7

10h30 – 13h00 
et 14h30 -19h00

Tél. 02 41 59 37 43


Rue du Château Gaillard
49730 TURQUANT
Plan d'accès